La santé du Maine Coon.

Le Maine Coon est un chat plutôt solide, mais comme toutes les races, il a des prédispositions génétiques à certaines maladies.

 

HCM (Cardiomyopathie hypertrophique féline)

Sous ce nom un peu  barbare, (CMH, ou plus souvent HCM pour "hypertrophic cardiomiopathy") se cache un problème cardiaque : un épaississement progressif de la paroi cardiaque. Cette affection d'origine génétique est présente chez de nombreuses races de chats. Les symptômes sont : souffle cardiaque, fréquence cardiaque plus élevée, difficultés respiratoires. Dans certains cas, le chat peut mourir subitement, en plein jeu sans aucun autre signe de maladie.

Il n'existe pas encore de traitement pour guérir la HCM, certains traitement aident le chat à vivre mieux. La seule solution pour l'éviter est le dépistage systématique de tous les reproducteurs, et évidement une fois ce dépistage réalisé, d'éviter d'utiliser des reproducteurs atteints. Pour dépister une HCM, il existe plusieurs outils : tout d'abord le test génétique, réalisé avec une prise de sang (ou échantillon bucal) envoyée à un laboratoire compétent, ce test est valable pour toute la vie du chat, mais malheureusement, il ne dépiste pas toutes les formes de HCM (seulement la mutation au sein du gène MYBPC3) ! C'est pourquoi à partir des 18 mois du chat, il faudra réaliser une échographie cardiaque, afin de s'assurer que le cœur est en excellente forme. Cette échographie devra être renouvelée selon les recommandations du vétérinaire spécialiste, tous les ans ou tous les 2 ans. Même avec des reproducteurs testés sains, une HCM peut se déclarer plus tard dans la vie du chat, car il en existe différentes formes... Il est important de mettre toutes nos chances de notre côté !

 

SMA (Amyotrophie Spinale )

Encore un nom barbare... (Amyotrophie Spinale ou plus souvent SMA pour "Spinal Muscular Atrophy") cette maladie est une neuropathie héréditaire.  La SMA  apparaît dès 3 mois de vie, le chat atteint sera pris de tremblements des membres postérieurs, difficultés à se déplacer, parfois des difficultés respiratoires. Les chats atteints de SMA peuvent parfois vivre avec leur handicap, allant de quelques chutes à un individu qui doit ramper grâce à ses membres antérieurs pour se déplacer. Contrairement à la HCM, le test ADN est totalement fiable, et un individu atteint déclarera forcément la maladie, alors qu'un individu sain ou seulement porteur ne la développera pas. Il est très important de tester les reproducteurs afin de n'avoir que des chats sains.

 

PKDef (Déficience en Pyruvate Kinase)

La Pyruvate kinase (PK) est une enzyme essentielle à la voie de production d'énergie dans les globules rouges. Si ces globules sont déficients en PK, ils sont détruits, provoquant une anémie + ou - grave selon l'individu. Les chats touchés ont une durée de vie normale, l'apparition de la maladie se faisant par intermittence. Les symptômes visibles de la maladie sont :  une intolérance à l'exercice physique, une faiblesse généralisée, un souffle cardiaque et une augmentation du volume de la rate. Comme pour la SMA, le test ADN est  fiable : un individu atteint déclarera forcément la maladie, alors qu'un individu sain ou seulement porteur ne la développera pas. Comme pour la SMA, il faut savoir quels individu sont atteints pour éviter de propager la maladie.

PKD (polykystose rénale)

 

La polykystose rénale (PKD pour polycystic kidney disease) est une maladie d'origine génétique grave touchant les reins. Cette maladie touche à l'origine le persan, mais cette race ayant été utilisée dans l'élevage de beaucoup de races, cette maladie a fini par toucher aussi le Maine Coon ( environ 1% de la population de Maine Coon touchée). Cette maladie développe progressivement des kystes dans les reins, détruisant le tissu rénal, qui provoquera une insuffisance rénale pouvant conduire à la mort prématurée de l’animal. Il existe un test génétique pour cette maladie, mais il n'est fiable que pour les persans ! Pour les autres races, dont le Maine Coon, il faut faire une échographie aux environs de 2 ans de vie du chat, afin de détecter des kystes sur les reins. Si l'échographie ne révèle rien à cet âge, il est très peu probable que le chat développe la maladie plus tard ou la transmette. Il est possible de ralentir l'évolution de la maladie une fois diagnostiquée ou suspectée grâce à une alimentation adaptée ou des traitements.

 

Dysplasie des hanches

Le Maine Coon fait partie des races de chats touchées par la dysplasie des hanches. Cette malformation est d'origine génétique, cependant, les moyens de dépistage sont complexes (radios sous anesthésie générale à faire lire à un spécialiste en dysplasie féline... ) et peu probants : 2 chats normaux pour la dysplasie ne donneront pas forcément des chatons normaux, ainsi que des chats atteints ne donneront pas forcément des chatons atteints.

 

La santé du chat en général.

Il y aurait beaucoup à dire, mais je vais ici seulement détailler quelques petites généralités à prendre en compte quand on cherche un éleveur !

 

FIV (SIDA du chat)

Maladie incurable et mortelle, le SIDA du chat est dû au Virus de l’Immunodéficience Féline (FIV). La contamination se produit le plus souvent par contact de salive dans des bagarres, griffures, mais aussi pendant une saillie (le mâle mordant la femelle).  Comme pour le SIDA humain, le système immunitaire étant déficient le chat contracte toutes les maladies qui l’approchent. Les symptômes une fois la maladie déclarée sont : de la fièvre selon les cas, de nombreuses inflammations possibles touchant les oreilles (otites), les yeux (uvéites), les gencives (gingivites) ou encore la cavité buccale complète (stomatites), une augmentation des ganglions, des diarrhées chroniques, des insuffisances rénales, un fort amaigrissement, des infections respiratoires, un affaiblissement généralisé conduisant à la mort de l’animal. Quand on connait le statut FIV de son chat, on peut alors aider à ce que la maladie mette + longtemps avant de se déclarer. Il n'existe pas de vaccin pour cette maladie, il est donc important de prendre votre chaton auprès d'un éleveur pouvant vous certifier qu'il n'a pas le virus dans son élevage.

 

FELV (Leucose féline)

La leucose féline est due à un virus qui est transmis par les sécrétions du chat (donc litières, gamelles, bagarres, saillies). Le chat atteint va déclarer ces symptômes : atrophie du thymus et croissance retardée chez les chatons, lymphosarcomes (tumeurs des ganglions), anémie non régénérative, avortement chez les chattes gestantes, immunosuppression responsable d’abcès récurrents, de coryza chronique… Cette maladie est incurable, il faut donc éviter tout contact entre un chat FeLV positif avec un négatif. Il existe un vaccin pour cette maladie, qu'il est conseillé de faire si le chat sort, ou fait des expositions, des saillies à l'extérieur etc.

 

PIF (Péritonite infectieuse féline)

Malheureusement aucun test fiable n'est disponible pour cette maladie mortelle, pour dépister un chat atteint, la solution la + fiable est de faire une autopsie une fois le chat décédé. Cette maladie est (en grossièrement simplifié) une mutation des coronavirus naturellement présents dans le chat. Cette mutation peut se faire suite à un stress ou si un chat a un taux de coronavirus de 0 et qu'il entre en contact avec un chat ayant un taux positif : c'est là où il existe un gros risque de contamination.

 

Coryza

La maladie la plus courante chez le chat ! Elle est complexe car due à plusieurs virus (Herpès virus, Calicivirus et Réovirus)  et bactéries. Il existe plusieurs formes de coryza, et même un chat vacciné peut déclarer un coryza (qui serait alors moins fort), ou avoir un coryza chronique. La mortalité est faible chez le chat mais élevée chez les chatons et les adultes immunodéprimés. Les symptômes sont l'abattement, éternuements, perte d'appétit (=à cause de la perte d'odorat), la déshydratation, les sécrétions nasales et oculaires abondantes ainsi que des ulcérations de la bouche (gingivites). Le coryza est très contagieux, il est donc important de vacciner, et d'observer une quarantaine stricte en cas d'arrivée d'un nouveau chat. Si un chat contracte un coryza, il est important de le traiter rapidement, afin qu'il n'évolue pas en maladie chronique.

 

La gingivite

La gingivite est fréquemment observée chez les chats. Les gencives, qui devraient être rosées, sont alors rouges et boursouflées. Si on laisse la gingivite trop s'installer, le chat commencera à avoir très mauvaise haleine et la douleur peut empêcher le chat de s'alimenter, s'abreuver et se laver. La gingivite peut être due à de nombreux facteurs : on l'observe souvent sur les chatons quand ils perdent leurs dents de lait, sur les chats qui ont beaucoup de tartre, mais aussi en cas de FIV, FELV ou encore de certaines formes de coryza (même vacciné !). A prendre au sérieux si le problème s'installe !

 

 © Mathilde Anceaume 2015